Actualités et tendances du marketing sensoriel, sonore et digital



Crédit Agricole modernise ses agences avec Mediavea

La banque Crédit Agricole opère une grande action de modernisation de ses agences avec la mise en place d'une ambiance musicale adaptée dans les agences issues du nouveau concept. À ce jour, plusieurs dizaines d'agences du groupe bénéficie de notre accompagnement quotidien pour améliorer la qualité de l'accueil client.

Une ambiance sonore adaptée dans une agence bancaire, c'est la garantie d'un accueil plus chaleureux et plus attrayant pour les clients. Cela permet aussi de renforcer le sentiment de confidentialité puisque, lors de l'attente au guichet, les oreilles sont guidées vers la musique et non vers la conversation du guichet !

Ambiance musicale et lieu de travail

La musique possède de nombreuses vertus dans un contexte d'entreprise. Notamment, une ambiance musicale adaptée permet de favoriser la concentration ou de soutenir les actions intenses. Mediavea travaille dans ce sens en accompagnant aussi les entreprises dans la gestion d'une ambiance sonore propice à l'efficacité des employés. Nous avons ainsi accompagné des hôpitaux ou des entrepôts logistiques sur cet aspect. De nombreuses études témoignent positivement de l'impact de la musique, y compris dans des contextes de pointe.

Par exemple, l'étude de Censuswide pour LinkedIn et Spotify montre que 65% des actifs écoutent de la musique au travail pour se motiver. Une société de crédit anglo-saxonne diffuse dans toutes ses entités de la musique dynamique sur le plateau de ses télévendeurs pour les "maintenir" dans le rythme et dans une attitude active et positive. A contrario, des travaux scientifiques montrent qu'une ambiance calme avec un tempo lent, des instruments doux et une rythmique simple va détendre les individus. C'est le genre de contenu idéal pour apaiser les patients en salle d'attente ou dans tout environnement stressant.

L'IA au service du marketing point de vente

Mediavea développe la technologie Smart Screen utilisant l'intelligence artificielle pour optimiser l'efficacité de la prise de parole des annonceurs en magasin. En effet, cette technologie permet de reconnaître certaines caractéristiques du client en face de l'écran : âge, sexe, émotions, etc. Il est ainsi possible de concevoir et de produire des contenus qui seront plus adaptés à tel ou tel profil.

Il ne sert à rien de proposer des lunettes solaires sans correction à un porteur de lunettes, ou alors il faut aussi lui proposer les lentilles sous forme d'un pack ! Les possibilités ouvertes par l'intelligence artificielle en matière de communication sur le lieu de vente sont colossales. Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à nous contacter.

Music Machines aux Galeries Lafayette

Afin de célébrer la création musicale, les Galeries Lafayette s'associent à Pedro Winter (DJ et créateur du label ED Banger Records) pour créer Music Machines. Du 09 avril au 24 juin 2018, les Galeries seront complètement transformées par la musique avec de nombreuses animations : concerts live dans le magasin, web radio, disquaire éphémère, vitrines animées spécifiquement, accueil de la Music Factory (lieu d'expérimentation et d'échange autour de la musique).

Les enfants ne seront pas oubliés puisque sont prévues des sessions StereoKids avec photo call, ambiance de fête, DJ sets, danses, ateliers, etc. Cela promet de jolis moments de partage en musique et c'est aussi une très belle manière de faire rentrer la musique dans l'expérience de vente.

Bienvenue à Deichmann en France

Deichmann, leader européen de la chaussure avec 180 millions de paires vendues par an, possède aujourd'hui 3800 magasins dans 25 pays. Jusqu'alors la France était absente et le déploiement vient de commencer. Après un premier magasin à Hérouville (près de Caen) et un second à Laxou (près de Nancy), l'entreprise familiale (fondée en 1973 à Essen en Allemagne) a clairement les moyens de ses ambitions !

Deichmann est un fidèle client du groupe P.O.S. Radio qui les accompagne de longue date sur l'animation magasin. C'est tout naturellement qu'en France ils opèrent avec Mediavea pour leur déploiement afin de créer une ambiance conviviale et unique qui constitue une véritable signature de l'enseigne. Pour cela, nous déployons trois supports : l'ambiance musicale, le coin enfant KinoKids, et enfin notre Virtual DJ événementiel (pour la semaine d'ouverture).

L'ambiance musicale point de vente

Deichmann s'adresse à toute la famille de manière conviviale, décontractée mais respectueuse. Il a fallu créer une ambiance musicale qui transmette les valeurs de proximité, de respect, de convivialité, qui soit très familiale et grand public. Attention : pour autant, il ne s'agissait pas de tomber dans quelque chose de trop impersonnel ! Nous avons donc opté pour des contenus à la fois joyeux, dynamiques, modernes et easy listening afin de garantir une véritable touche de fraîcheur et une atmosphère chaleureuse.

Utilisant notre technologie de diffuseur audio connecté, l'enseigne peut alors complètement adapter son ambiance musicale au public en fonction des heures de la journée et des jours de la semaine. Par ailleurs, elle communique aussi facilement sur son actualité et ses promotions par des messages en magasin.

Coin enfant KinoKids

Le coin enfant KinoKids est idéal chez un chausseur comme Deichmann ! En effet, en tant que parent, il n'est pas toujours simple d'avoir en magasin un peu de temps à soi pour bien choisir sa paire de chaussures ou celle de ses enfants. Avec KinoKids, des contenus vidéo de qualité (licence Disney, Warner, etc.) et adaptés aux enfants sont diffusés par petites séquences de quelques minutes.

Cela permet de faire patienter sagement les enfants et de rendre ce moment de shopping agréable pour tout le monde ! Les enfants essaient alors les chaussures facilement et les parents sont plus détendus pour faire leurs achats. Le coin enfant prend naturellement place dans les 400/450 m² de surface de vente de l'enseigne et contribue à cette ambiance familiale et détendue tant recherchée.

Virtual DJ

L'ouverture d'une boutique est toujours un moment fort pour une enseigne et pour les clients. C'est important de marquer ce moment par des animations originales. Ainsi outre de magnifiques cadeaux réservés aux premiers clients dans les nouveaux magasins, Deichmann a fait le choix de déployer notre Virtual DJ.

Le virtual DJ de Mediavea est une attraction originale qui permet de garantir une ambiance musicale unique créée spécifiquement pour l'ouverture du point de vente par une DJ professionnelle. Filmée pendant ses sets de mix, notre DJ est virtuellement présente aux côtés des vendeurs et vendeuses de Deichmann pour les premiers jours du magasin. Ambiance garantie !

Distribution : focus sur les points de vente “extraordinaires”

On le sait depuis longtemps, l’environnement d’un point de vente joue un rôle clé sur l’expérience vécue par le client. Celui-ci, en effet, est en quête de lieux différenciants, qui lui fassent vivre un moment unique. Or, on sait que ces environnements extraordinaires ont des conséquences sur les comportements des consommateurs, notamment en ce qui concerne l’acte d’achat Pour autant, la notion d’environnement marchand “extraordinaire” est difficile à appréhender, car nécessairement subjective. En effet, un magasin pourra paraître exceptionnel à un client A, mais banal à un client B. En réalité, c’est la typicité du point de vente qui va déterminer son caractère extraordinaire.

Dans les faits, il s’agit souvent de lieux atypiques, qui amènent les consommateurs à développer certains comportements, en fonction du rôle qu’ils souhaitent jouer dans cet environnement. On s’aperçoit finalement que, par comparaison avec des environnements plus classiques, les points de vente extraordinaires ont un impact plus puissant sur les sens des consommateurs. Cela les encourage à consommer différemment, par exemple en testant des produits nouveaux.

En somme, les marques ont donc tout intérêt à développer des magasins hors du commun, permettant aux individus de s’évader de leur quotidien lors de leurs achats.

Le chiffre du mois : 18%

C’est le (petit) nombre de consommateurs déclarant bénéficier d’une expérience véritablement omnicanale lors de leur shopping. En effet, si la majorité d’entre eux plébiscitent une expérience intégrée entre les différents canaux de vente d’une même marque, ceux-ci sont encore trop peu harmonisés aujourd’hui.

Pour autant, ces enjeux sont bien compris des détaillants, qui en font un objectif prioritaire pour l’année 2017. 40% des enseignes françaises, par exemple, cherchent à implanter les nouvelles technologies dans leur point de vente. Ils espèrent ainsi augmenter les niveaux d’engagement et de fidélité de leur clientèle. Des améliorations qui semblent d’autant plus importantes que 90% des ventes se font, encore aujourd’hui, en magasin. La satisfaction en magasin doit donc rester une priorité.

A l’aube d’une nouvelle ère pour le retail ?

Impossible ce mois-ci de ne pas parler du phénomène de l’été, l’incontournable application Pokémon Go. Pour ceux qui auraient raté le coche, il s’agit d’un jeu en réalité augmentée, dont le but est d’attraper des Pokémon dans son environnement immédiat, et ce grâce à la géolocalisation.

Rapidement devenu très populaire, ce jeu offre de nouvelles opportunités pour les commerçants, et nombre d’entre eux affirment déjà avoir vu leur chiffre d’affaire augmenter depuis son lancement.

Comment ? Tout simplement en exploitant les fonctionnalités de l’application, c’est à dire en devenant un “Pokéstop” (point d’intérêt permettant de faire le plein en pokéball) ou en installant un “module leurre” (module attirant les Pokémon) dans son point de vente.

Autre possibilité, celle mise en œuvre par McDonald’s au Japon, où 3000 restaurants servent d’arènes sponsorisés. En clair, les joueurs se réunissent dans le restaurant le temps de quelques combats. Starbucks est également en train de négocier un accord de ce type.

Les conséquences de Pokémon Go se ressentent donc bien au-delà de sa simple visée divertissante !

Paris Retail Week 2016 : le bilan

Du 12 au 14 septembre avait lieu la Paris Retail Week. L’occasion pour nous de faire le point sur les grandes tendances du commerce de demain, qu’il faut envisager comme résolument connecté. Pourquoi ? Avant tout parce que les retailers doivent se réinventer. L’interaction entre la marque et ses clients est en effet devenue une nécessité, et influence la qualité de l’expérience de consommation. La réalité augmentée semble être la technologie la plus porteuse de promesses sur ce plan et permet d’envisager un parcours d’achat fluidifié et plus ludique.

Autre tendance, celle de la gamification. De la même manière que l’on a attrapé des Pokémon, nous pourrons bientôt attraper des coupons promotionnels.

Enfin, l’expérience en magasin s’enrichit également par la personnalisation. Eram a par exemple présenté un concept de talon personnalisable, imprimable en 3D directement en magasin. Un regret, en revanche, à l’issue de cette édition 2016 : le faible nombre d’exposants dédiés au marketing sensoriel, pourtant central pour donner encore plus d’ampleur à cette expérience virtuelle.

6,5%

C’est la proportion de marques françaises capables de gérer la relation client de manière ominicanale, c’est-à-dire en permettant aux consommateurs de les contacter via les principaux canaux online.

C’est, en moyenne, le pourcentage de ventes directement générées par le bouche à oreille, dans le commerce de détail. S’il existe aujourd’hui une forme numérique de bouche à oreille, à travers les commentaires des consommateurs, 90% des échanges se font encore hors ligne, dont les trois quarts en face à face.

Un chiffre très positif pour les marques : en effet, les échanges réels permettent de véhiculer des émotions, des sentiments, absents dans le bouche à oreille numérique mais déterminants dans la décision d’achat. Ce sont eux, de fait, qui conduiront le consommateur à s’intéresser à l’enseigne, et qui pourront faire naître chez lui un besoin vis à vis du produit, ou du service concerné.

Marketing sensoriel : peut-on compenser l’impossibilité de toucher un produit ?

Le toucher joue un rôle lors de l’achat, tant sur l’évaluation d’un produit que sur la prise de décision. Pourtant, sur Internet ou face à certains packagings, nombreux sont les cas dans lesquels ce sens ne peut être mobilisé. Des chercheurs se sont demandé comment compenser cette absence, et notamment si le fait d’ajouter le nom d’une marque, ou une mention innovante, pouvait être la réponse.

Une expérimentation a ainsi été menée auprès de 110 personnes, à l’aide de deux échantillons de tissus, en trois phases :

  • - Temps 1 : évaluation visuelle uniquement
  • - Temps 2 : évaluation du produit par le toucher
  • - Temps 3 : présentation du produit assorti d’un nom de marque, ainsi que de la mention innovante « anti auréoles ».

Les résultats montrent que le produit est mieux évalué lorsque les clients ont la possibilité de le toucher, mais que c’est en fait l’apport d’une information extrinsèque qui a le plus d’impact. On peut donc compenser l’impossibilité de toucher le produit, dès lors que l’on apporte au consommateur une information précise et de qualité.

Retour sur l’opération réussie de Rosa Park pour Thalys

Le 13 avril dernier avait lieu, à la Maison de la Chimie à Paris, l’édition 2016 du Grand Prix Stratégies du Design. L’occasion pour nous de revenir sur l’une des réalisations les plus marquantes de l’année écoulée, à savoir la campagne « Sounds Of the City », élaborée pour Thalys par l’agence Rosa Park, et vainqueur du Prix Environnement, Signalétique, Muséographie.

Le principe ? Sortir de l’approche visuelle et se focaliser sur les sons de la ville, en l’occurrence ceux de Bruxelles, Amsterdam et Paris, pierres angulaires du réseau ferroviaire. L’agence a donc eu l’idée de capter les bruits caractéristiques de ces trois destinations : les marchés à Paris, les canaux à Amsterdam, les bars à Bruxelles, mais aussi des sons ayant marqué leur histoire.

Ces derniers ont ensuite été implantés dans des panneaux représentant une carte de la ville, agrémentés de plusieurs centaines de prises jack. A chacun, ensuite, de brancher ses écouteurs pour un voyage auditif. Pour en savoir plus, la vidéo

Actu retail : Amazon Prime Now bientôt disponible à Paris ?

Les rumeurs, déjà persistantes depuis quelques mois, n’ont fait qu’amplifier depuis que l’on a appris l’acquisition d’un entrepôt parisien par le géant américain du e-commerce. Si certains penchent pour un lancement prochain de Fresh, le service de livraison de produits frais du groupe, l’option la plus probable serait en fait celle d’une implantation de Prime Now, qui propose la livraison en moins d’une heure.

Réservé aux clients premium, c’est-à-dire aux clients s’acquittant d’un abonnement annuel de 49€, Amazon Prime Now leur permet de bénéficier gratuitement d’une livraison en deux heures, délai réduit à une heure moyennant surcoût. Lancée aux Etats Unis en 2014 sous forme d’application, ce service est déjà présent en Europe au Royaume-Uni et en Italie.

L’offre, qui comporte à la fois des produits de grande consommation courants (hygiène, maison) et d’alimentaire sec, ne devrait donc pas tarder à séduire les 3 millions d’abonnés premium en France, surtout si elle est effectivement étoffée par Fresh dans un future proche.

Marketing sensoriel : quel impact de la musique en ligne ?

Une récente étude, menée par des chercheurs français, s’est penchée sur la façon dont la musique influence les comportements des consommateurs sur Internet. L’objectif était de comprendre dans quelle mesure la musique peut constituer un levier de développement sur le web, et améliorer l’expérience client.

250 internautes ont été invités à naviguer sur le site d’une galerie d’art, certains en musique et d’autres sans. Les résultats montrent que la musique favorise en fait l’immersion des consommateurs dans l’univers du site, et augmente leurs intentions de revisite et de recommandation à leur entourage. En ligne aussi, la musique est donc un axe à privilégier pour développer le trafic et les intentions de fréquentation.

Actu retail : ces nouveaux magasins qui ne vendent… rien !

Face à l’essor du « showrooming », pratique consistant à préparer un achat en magasin pour finalement le concrétiser sur Internet, plusieurs marques se sont lancées dans un nouveau concept, en ouvrant des points de vente qui ne commercialisent aucun produit.

Samsung a ainsi ouvert à New York, en février dernier, une galerie culturelle mettant en scène ses technologies, mais dans laquelle rien n’est disponible à l’achat. Même démarche chez Bonobos, qui propose à ses clients masculins les services de « personnal shopper » et la livraison gratuite des produits essayés en magasin, sans qu’aucune transaction n’ait lieu sur place.

Au-delà des économies générées en termes d’espace et de personnel, ces boutiques dites « connectées » ont surtout pour objectif de se recentrer sur la relation client. En offrant une expérience véritablement personnalisée, qui articule les canaux physiques et digitaux, ces enseignes multiplient en effet leur taux de transformation et augmentent les intentions de fidélité.

22%

C’est le pourcentage d’enseignes estimant que l’expérience client sera leur principal levier de performance pour l’année à venir, devant le marketing mobile et le marketing de contenu. A l’occasion de la première « Customer experience week », organisée par Adobe en France début mars, les professionnels du marketing se sont réunis pour identifier les leviers d’amélioration de cette expérience.

On considère en fait qu’à travers leurs différents canaux, les enseignes jouent sur trois types d’expériences : l’expérience de marque, l’expérience client, et l’expérience utilisateur. Un bon niveau de cohérence entre elles permettra de fournir au consommateur une expérience fluide et simplifiée, clé de la performance. A travers l’atmosphère qu’il permet de créer, déclinable d’un canal à l’autre, le marketing sensoriel s’illustre une nouvelle fois comme un axe à privilégier.